= SEANCE 35 COURS DE DIOULA Coulibaly

1. LÉÇON 35 : KALANSEN BI SABA NI LOORUNAN

1.1. ÉCHANGES ET COMPRÉHENSION DE TEXTE DIOULA

Dans ce texte, vous allez repérer des termes de bénédiction à utiliser dans des causeries évoquant les cas de décès, de commémoration de la date anniversaire de la mort de quelqu’un, etc.…
La communauté mandingue est particulièrement attachée aux civilités et autres marques de salutation, notamment dans les contextes de tristesse.

BI BARO : MUSO FILA YA BAARO

  • Umu : I ni wula Fanta.

Bonsoir Fanta

  • Fanta : Nse n teri Umu, hɛrɛ telenna wa ?

Bonsoir mon amie, la journée paisible ?

  • Umu : Tɔɔrɔ si tɛ n na, i ka kɛnɛ wa ?

Rien de mal. Comment va ta santé?

  • Fanta : Tɔɔrɔ si tɛ n na, i somɔgɔw do ?

Rien de mal chez moi, et ta famille?

  • Umu : Tɔɔrɔ si t’o la, i cɛ ka kɛnɛ wa ?

Rien de mal avec eux, et comment va ton mari ?

  • Fanta : Tɔɔrɔ si t’a la, i bɔ la min ten (tan) ?

Rien de mal chez lui, il est sorti ou comme ça ?

  • Umu : Kabini sɔgɔma an tun bɛ sarakabɔyɔɔrɔ la, su ko la mɔgɔ tɛ n kɔ so kɔnɔ.

Depuis le matin nous étions à la cérémonie funébre du 7ie jour. La nuit venue, personne derrière dans la maison.

  • Fanta : Jɔn ya sarakabɔ tun bɛ yen ?

C’était le funébre de qui ?

  • Umu : An ya cɛkɔrɔba dɔ tun lo, a tele wolonfla sarakabɔ le tun bɛ bi ye. yɔrɔw ka jan ɲɔgɔn na. Mɔbiliko ka gbɛlɛn o le kosɔn an mɛn na tan.

C’était un de nos vieux, c’était aujourd’hui le 7ie jour du funèbre. Les endroits sont éloignés. Le transport est difficile. À cause de cela nous avons duré comme ça.

  • Fanta : Eee, n teri Umu á ni sɛgɛn. Saya yɛrɛ kɔnin tɛ mɔgɔ kelenko ye. A bɛ bɛɛ ya da la. Ala ye an ni a cɛ janya. Sanni an yɛrɛw ta lon ye se, an ye ɲuman kɛ.

Eee mon amie Umu, vous êtes fatiqués. Quant à la mort c’est pas l’affaire d’une seule personne. c’est devant la porte de tous. Que dieu mette une grande distance entre nous et la mort. Avant que notre jour n’arrive…​ faisons le bien

  • Umu : O ye cɛn (tuɲan) ye dɛ, nimisa tɛ min na ole ye ɲuman kɛ ye.

C’est la vérité, ou il n’y a pas de regret, c’est faire le bien.

  • Fanta : Ala ye hinɛ a la, ka yaafa kɛ a ma/ye. Ala ye a jigiyɔrɔ ɲɛ (ɲan). A ka an kɔn kiti min na, Ala ye a nɔgɔya a ye.

Que Dieu ai pitié de lui, qu’il le pardone. Que sa demeure(tombe) soit rendu agréable il nous devance dans le jugement, que dieu le lui facilite.

  • Umu : Amiina, Ala ye dugawu mina.

Que Dieu accepte (attraper) les bénédictions. Ayiwa ka an bɛn (An bɛ) oh.

  • Fanta : k’an bɛn (An bɛ) Umu, n b’i somɔgɔw fo.

Au revoir, je salut la famille.

  • Umu : O bɛna a mɛn. Ala ye tele/tere ɲuman ban.

Bien sûr. Que Dieu fasse que la fin de la journée soit bonne.

  • Fanta : Amiina

Amen

ɲan=rendre bien

Tableau 1. VOCABULAIRE :
Ala

Dieu

Umu

Oumou, prénom féminin

à

il, elle, lui

vous

amiina

amen

an

nous

ban

finir

bi

aujourd’hui

bɔla

sortir+continuité

aux

être

bɛɛ

tous

bɛ… la

forme progressive

distance

cɛkɔrɔba

vieil homme

cɛn

vérité

da

porte

dugawu

vœux, bénédiction

un

assertion

gbɛlɛn

difficile

hinɛ

avoir pitié

i

tu

jan

long, grand

janya

devenir grand

janya

distance, trajet

jigiyɔrɔ

destination, escale

jɔn

qui ?

ka

aux. devant adjectif

ka

être

kabini

depuis

kelen

une

kiti

jugement

ko

affaire

kola

tomber+acc

kosɔn

à cause

derrière

kɔn

devancer

kɔnin

quant à

kɔnɔ

dans

faire

la

le

présentatif : c’est

lo

présentatif

lon

date, jour

ma

min

où ce que, lequel

mina

attraper, exhausser

mɔbiliko

affaire de voiture

mɔgɔ

personne

mɛnna

durer+acc

n

moi

na

dans

na

postposition

ni

et

nimisa

regret

nɔgɔya

faciliter

o

cela, ça

sanni

avant que

sarakabɔ

cérémonie funèbre

sarakabɔyɔrɔ

cérémonie funèbre du 7e jour du décès

saya

mort

se

arriver

so

maison

su

nuit

sɔgɔma

matin

sɛgɛn

fatigue

ta

pour, de

tan

ainsi, comme ça

tele

jour, journée

teri

ami

tun

marque imparfait

négation

wolonfla

sept

ya

possessif

ye

aux. impératif

ye

identité

ye

postposition

yen

là

yɔrɔw

lieux

yɛrɛ

même

yɛrɛw

mêmes

ɲuman

bon, bien

ɲɔgɔn

l’un, l’autre

ɲɛ

rendre meilleur

2. POINT DE GRAMMAIRE : LA POSSESSION ET LES COMPLEMENTS DU NOM

2.1. Construire cinq phrases pour chaque structure syntaxique en vous appuyant sur les structures suivantes :

  1. « …ye…ta ye » = appartenir

    • Gafe nin ye ne ta ye= ce livre m’appartient.

    • « …tun ye…ta ye »= appartenait.

    • « …tɛ…ta ye » =

    • « …tun tɛ…ta ye »

    • « …kɛ… ta ye »

    • « …kɛla… ta ye »

Details
  1. mobili min tɛmɛna, a ye i ta ye wa?

  2. nɛgɛso nin y’i ta ye wa?.

  3. ɔ̀n ɔ́n nɛgɛso nin tɛ ne ta ye.

  4. tunyan tɛ. a y’i ta ye

  5. a tun ye ne ta ye. n k’a feere n sigiɲɔgɔn ma.

  6. a kɛla n sigiɲɔgɔn dencɛ ta ye.

  1. ” kɛ…​ye” = devenir

    • Nin bɛ kɛ fɛn ye

    • Nin kɔnin tɛ kɛ foyi ye.

    • ”kɛla… ye”

    • ”ma kɛ… ye”

Details
  • a kɛla kuntigi ye.

  • a ma kɛ mɔgɔba ye.

  • a kɛla karamɔgɔ ɲuman ye.

  • a ma kɛ mobilitigi ye. a ma peremi sɔrɔ.

  • a kɛla tere fila ye.

  1. « ka ban »

    • A ka baara kɛ ka ban

    • …domuni kɛ…

    • …kuman fɔ… (parlé de lui à)

    • A ma mɔgɔw sara ka ban

Details
  • an ka sogo domu ka ban

  • mobili bɔla ka ban

  • an ka a facɛ kuman fɔ ka ban

  • denmisenw ka tolonkɛ ka tere ban

  • a tagala abidjan ka ban

  1. « tuma dɔ la » = souvent, parfois

    • A ka ɲin tuma dɔ la, a ka jugu tuma dɔ la.

Details
  • tuma dɔ la, toto be don bon na ka baranda domu.

  • tuma ɗɔ la, mɔgɔw be wuya fɔ.

  • tuma dɔ la, n bɛ julakan degi.

  • a ka ɲi tuma dɔ la, mɔgɔ be sport kɛ;

  • tuma caaman na, n bɛ baro kɛ ni musa ye a ya cɔsi la

nimisa b’a la la ou il y du regret