La grille de technologie, linux, et langues
INTRODUCTION
Qu’est-ce que le Dioula ? À cette question d’aspect si simple, les réponses aparaissent, selon les auteurs, et selon les locuteurs eux-mêmes, si divergeantes, en introduction à ce cours d’expliquer notre position sur ce point.

1. Unité 1

Unité 1VOCABULAIRE

1-1

mùso

femme

cest

ce n’est pas

1-2

est-ce que

mùn

quoi

ɔnhɔn

oui

ɔn ɔn

non

móbili

voiture

kúrun

pirogue

dàga

canari

wùlu

chien

jakuma

chat

mùru

couteau

bèse

machette

jɛgɛ

poisson

kɔnɔ

oiseau

1-3

(marque d’énoncé)

à

il, elle, le, lui…​

jɔn

qui

yàn

ici

homme

dén

enfant

1-1-1

Voyelles du dioula

Écoutez et répétez

bi

du

pe

wa

go

 +

bin

kun

ben

yan

lon

bɛn

lɔn

 +

in / en

en / ɛn

on / ɔn

ɔn / an

  • Exercise 1

Écoutez, répétez et transcrivez les voyelles suviantes:

  1. i

  2. in

  3. ɔ

  4. ɔn

  5. an

  6. o

  7. on

  8. u

  9. un

  10. e

  1. en

  2. ɛ

  3. ɛn

  4. a

  5. an

  6. ɔn

  7. in

  8. ɛn

  9. en

  10. a

1-1-2

Consonnes du Jula

Certaines consonnes présentent des difficultés pour un locuteur francophone

Écoutez et répétez:

ɲa / ŋa ca / ja gwa hati sara / saga

  • Exercise 2

Écoutez, répétez et transcrivez les mots suivants:

  1. sun

  2. yan

  3. ɲɔ

  4. nɛn

  5. sɔn

  6. son

  7. gwɛ

  8. ku

  9. ci

  1. jan

  2. ji

  3. ben

  4. lɔn

  5. yen

  6. sɔgɔ

  7. sɔrɔ

  8. ten

  9. fin

  10. han

1-1-3

Tons du Jula: ton ponctuels

Ecoutez

kó

kó

h

  • Exercise 3

Écoutez et répétez les paires de mots suivants puis répondez: semblable (S) ou différant (D), suivant que les tons uq’ils portent vous paraissent semblables ou différents.

s/o Piste audio non disponible

  • Exercise 4

Écoutez:

dí : ce mot porte un ton haut
sà : ce mot porte un ton bas

s/o Piste audio non disponible

1-1-4

Ton modulé

Ecoutez

sóo

sóo

l

nɛ́ɛn

nɛ́ɛn

l

  • Exercise 5

Écoutez:

tɔɔ : le ton de ce mot est modulé
sín : le ton de ce mot est ponctuel

  • Exercise 6

1-1-5

L’énoncé nominal

Écoutez

músó lò l h m

c’est une femme

mùsó tɛ l l h

ce n’est pas une femme

2. Unité 9

9-0-1

Les formes ká kàn kà, mán kán kà, très fréquentes en jula, sont des expressions figées formées à partir d’un énoncé adjectival. Elles correspondent à l’obligation; exemples :

à ká kán kà bɔ́

il doit sortir (il faut qu’il sorte)

à mán kán kà táa

il ne faut pas qu’il parte

la forme affirmative est parfois contractée en: kán kà; exemples:

à kán kà nà

il faut qu’il vienne

9-0-2

Les ordinaux se forment en Jula par l’adjonction du suffixe -nan: sába (trois) — sàbanan (troisième). A kélen (un) correspond fɔ́lɔ (premier), mais dans les nombres supérieus à 10, on retrouve le suffixe -nan: tán ní kélenan (onzième). Le schéma tonal nom + ordinal est le même que le schéma nom + adjectival actif, et donc différent du schéma tonal nom + numéral.

9-0-3

pé est un élément qui se place derrière un numéral son sens est limitatif examples :

dén kélen pé b’a fɛ

il n’a qu’un seul enfant

à kà dàrsi flà pé d’à mà

il ne lui a donné qu dix francs

9-0-4

kɔ́nɔma, nɛgɛma, yírilama, hakilima sont des qualifiants formées par suffixation de -ma ou -lama à des éléments nominaux : kɔ́nɔ (ventre), nɛgɛ (fer), yíri (bois), hákili (esprit). Ces éléments complexes fonctionnent, 1) comme qualifiants dans un syntagme qualificatif du même schéma tonal que le syntagme nom + numéral, 2) comme attributs, de la même manière que les participes (cf 7-0-0) exemples :

mùso kɔ́nomaw nàna kùnù

les femmes enceintes sont venues hier

à mùso kɔ́nɔma lo

sa femme est enceinte

mɔ̀go hàkilima lo

c’est un homme réfléchi

  1. dans certains cas, le suffixe peut être -ma ou -lama;

  2. tous les noms n’acceptent pas cette suffixation; parmi ceux qui l’acceptent, on peut citer
    mùsoma (femelle), cèma, (mâle), jima (liquide).

9-0-5

Un verbe transitif, employé sans objet, garde son sens actif lorsqu’il se nominalise par suffixation de -li/-ni; il est alors lui-même employé comme objet etc dans un énoncé dont le verge est le plus souvent kɛ (faire) exemples:

à bé dómuni kɛ́

il mange (il fait le "manger")

a là tigɛ li kɛ

il coupe ( il fait le "couper")

9-0-6

kò (affaire) est un nom qui peut se placer derrière n’importe quel nom ou verbe pour former un com composé exemples:

à nàko tún gwɛ̀ lɛ

sa venue (le faire venir, qu’il vienne) était difficile

wáriko ká gwɛ̀lɛ dɛ́

ce qui concerne l’argent (les affaires d’argent) c’est délicat vraiment!

mùso — mùsoko

affaires de femmes, histoires de femmes…​

fúru — fúruko

affaires concernant le mariage